Ana G.jpg
 

  Lors d'un voyage Ă  Hong Kong, je me baladais dans les rues de Soho quand, cherchant Ă  m'abriter de la chaleur humide, mon oreille fut attirĂ©e par des sons familiers. D'une jolie verrière s'Ă©chappait une musique de jazz.Le genre de musique qui me rappelle New York, son ambiance, une musique qui me rend instantanĂ©ment heureuse. La mĂ©lodie provenait d'un petit atelier. Un endroit, je le dĂ©couvris alors, oĂą l'on peut venir l'après-midi s'initier au travail du cuir et oĂą l'on apprend Ă  se servir d'un maillet et d'un emporte-pièce pour fabriquer l'accessoire de son choix, sous le regard attentif et bienveillant de Baldwin. Cet ancien Ă©lève de la Saint-Martin School, a fait le choix de partager sa passion et de transmettre son prĂ©cieux savoir-faire. Il vous explique avec enthousiasme comment de vos mains va pouvoir surgir l'objet de vos rĂŞves.Tous ceux qui me connaissent bien,  savent que j'entretiens une relation quasi amoureuse avec mon sac Ă  main. 

 

Au-delĂ  de l'accessoire de mode, le sac est le gardien de mon univers intime, mon compagnon de route. Il transporte tout mon nĂ©cessaire de survie et abrite mes petits secrets, mes grigris. Il m'accompagne dans tous mes dĂ©placements, que ce soit au bout de ma rue ou de l'autre cĂ´tĂ© de la planète ! Que je le choisisse gĂ©ant ou minuscule, revĂŞtu de peau ou de corde, il se doit d'ĂŞtre doux, solide, pratique et avant tout, de reflĂ©ter ma personnalitĂ© et mon caractère. Ma grand-mère, ma mère, toutes les femmes qui m'ont vu grandir ont en commun elles aussi, cet "amour du sac". Une tendresse particulière qu'elles m'ont transmise au fil des ans, une sorte d'hĂ©ritage. Toute jeune dĂ©jĂ , je cĂ©lĂ©brais les diffĂ©rentes Ă©tapes de ma vie avec un nouveau sac : mon entrĂ©e au collège, mes premiers sous, l'obtention de mon bac, mon dĂ©part pour New York Ă  18 ans, mon premier rĂ´le, mon premier chèque. Et voici qu'aujourd'hui, une nouvelle Ă©tape s'accompagne d'un nouveau sac... Cette fois-ci de ma crĂ©ation! Avoir rĂ©alisĂ© mon propre sac m'a procurĂ© un immense plaisir et lorsque mes proches m'ont demandĂ© de dessiner aussi un sac pour elles, c'est avec joie et fiertĂ© que j'ai acceptĂ©.

 
 

Une joie que je souhaite partager plus largement et qui m'incite à créer ma première collection dont je vous présente le premier fleuron.

Mon nouveau compagnon de route pourrait-il ĂŞtre aussi le vĂ´tre ?